La Vihuela

Vihuela Musée Jacquemart André

Ses origines

Comme je l'ai expliqué dans la présentation de la Viola da Mano sur ce site, la Vihuela a été créée en Espagne vers la fin du XV° siècle. A cette époque, la forme de la Vihuela n'était en aucun cas "normalisée". La forme à échancrures en "C" de part et d'autre de la caisse a été souvent représentée dans des tableaux de la région aragonaise dès le milieu du XV° siècle. Mais on ne peut pas savoir si ces instruments étaient fabriqués à l'aide de planchettes cintrées ou creusés dans un seul bloc de bois comme les vièles.
Au XVI°siècle les luthiers espagnols ont commencé à se constituer en corporations. Ils se nommèrent Violeros. Ces corporations, et selon la région où ils exerçaient avaient des règles strictes pour admettre ses membres, mais en sachant s'adapter aux situations nouvelles. Par exemple, dans la région de Grenade, il a été décidé d'autoriser des "nouveaux chrétiens" c'est à dire des Maures ou des Juifs convertis au catholicisme, à égalité avec les "anciens chrétiens". Plus tard viendront d'excellents luthiers de l'étranger, principalement d'Italie et de France. La qualité de leur facture était reconnue et appréciée principalement parmi la "haute aristocratie" qui constituait la meilleure clientèle. Plutôt qu'accepter une concurrence, les corporations ont accueilli ces violeros étrangers dans leur institution. Ce mélange de cultures et de savoir-faire, a certainement contribué à l'évolution de la forme et de la facture des instruments.

C'est à peu près à cette époque que Luis Milan édita ses premières oeuvres pour Vihuela, démontrant de fantastiques possibilités de cet instrument.

Les règlements des corporations se sont adaptés, intégrant ceux de la corporation des charpentiers. Leurs objets étaient d'assurer la pérennité de leur métier, d'assurer les sources d'approvisionnement, d'organiser la formation des compagnons et de les protéger ainsi que leur famille en assurant la solidarité.
Ainsi la corporation des Violeros de Madrid semble avoir été la plus stricte en matière de réglementation. Une de ses règles consistait à demander à un compagnon, afin d'être reconnu comme maître, de réaliser un "Chef d'oeuvre" consistant à construire une grande Vihuela faite de pièces (c'est à dire de pièces de bois ou autres matières, découpées, cintrées et collées, à l'opposé de la méthode de creusage dans une pièce unique.

Durant près de deux siècles, un grand nombre d'instruments ont été fabriqués. Mais le bois est une matière périssable et ces instruments ayant été démodés principalement par la guitare, pratiquement aucun n'a pu parvenir jusqu'à nous.

comparaison des dimensions des vihuelas:
par Daniel J. Betsill
Seuls quatre instruments authentiques peuvent être rangés dans le type vihuela de mano :
- l'un appartient au musée Jacquemart-André, (voir photo en entête)
- le deuxième au Musée de la musique de Paris venant d'une collection de Madame Genevieve de Chambrure,
- le troisième repose parmi les reliques de la sainte Mariana de Jesus dans l'église de Nuestra Senora de Lereto à Quito, en Equateur,
- et le dernier qui s'apparente plutôt à une guitare, se trouve au Royal College of Music de Londres, il est signé « Belchior Dias » et a été fabriqué à Lisbonne en 1581.
Ci-contre un croquis montrant les différences de dimensions entre ces 4 vihuelas.

On peut comprendre les raison de la conservation de ces instruments: la qualité des bois utilisés, la qualité de leur fabrication et la qualité esthétique, qui ont incité leurs propriétaires successifs à les conserver et même à les utiliser.

Cette présentation volontairement courte est forcément incomplète.
Si vous voulez en connaître plus, je vous conseille de consulter ce dossier extraordinaire sur l'histoire des violes, vihuelas, et autres instruments à cordes (en anglais).

Ou mieux encore, un document imprimé disponible à la cité de la Musique, présente une étude approfondie de l'histoire de la Vihuela dans l'un de ses cahiers de la Musique:
Titre: "Aux origines de la Guitare: La Vihuela de mano" LIEN

Retour à la page Vihuela




Retour à la page d'accueil