rote

Ane musicien
Eglise d'Aulnay
Ainsi qu'il l'a été expliqué à propos de l'origine de la harpe, deux conceptions des cordophones ont coexité depuis plusieurs millénaires: la lyre et la harpe. Ces deux instruments ont été progressivement diffusés vers le nord de l'Europe et par le sud via la civilisation arabe.
Curieusement le nom "lyre" semble peu cité dans les textes. Le nom a même été détourné pour désigner dans la culture bysantine un instrument à corde frottée. Des instruments de type Rebec telle la Lyre crétoise sont encore jouées dans des ensembles du sud-est de l'Europe.
En Europe de l'Ouest la Lyre semble avoir été désignée sous le nom de Rote (Rota, Rocta ou Rotta) ou en Europe du Nord, sous le nom de Chrota
D'apès l' encyclopédie ducange : on y trouve des citation où la Rota est associée à des instruments de musique aux sons particulièrement doux et agréables au même titre que la harpe, la vièle, cythare et chifonie.
Parmi les citations proposées, on y découvre:
" Le Roman de Garin MS. : "
" Devant eux font le jugleor chanter,"
" Rotes et harpes et violes soner."


On peut à ce propos citer également la légende de Tristan et Iseult. Tristan arrive à approcher Iseult en se donnant l'apparence d'un fou, jouant de surcroit de la Rote plutôt que la Harpe. Il utilise astucieusement l'image très dévalorisante de cet instrument pour se donner une position très humble face au Roi.
Ane musicien
Eglise de Meillers
Dans cette légende celtique, la Rote était-elle une lyre saxone ? Probablement. Mais notons tout de même que les différentes versions trouvées datent des années 1160. Or on trouve sur les porches des églises romanes des sculptures d'un instrument étrange, mi-harpe, mi-psaltérion ou les deux à la fois, probablement difficile à accorder, difficile à tenir et sans doute à en jouer. Pourquoi se serait-il appelé rote ?
Il n'est pas rare qu'un même nom ait désigné des instruments différents. Nous avons évoqué la lyre. On peut en dire plus du nom de cithare avec toutes les orthographes possibles qui désigne dans différents pays des instruments complètement différents.
Mouton (?) musicien
Eglise de St Nectaire


Amusons nous à imaginer qu'au XII° siècle la Rote, qui auparavant avait désigné un instrument au son doux et élégant, soit devenu un instrument tout juste bon pour les fous et les jongleurs. En tous cas, nombre sont les représentations de cet instrument joué par un animal en général peu flatteur, tel un âne ou un bouc. Heureusement, pour racheter son image d'autres représentations sont proposées.
Merci à Lionel Dieu pour son ouvrage en deux tomes expliquant "la musique dans la sculpture romane en France" ( Editeur CDACM).
A part ces sculptures romanes il n'existe pratiquement pas de représentation de la "Harpe-Psaltérion" que Lionel Dieu nomme avec assurance "Rote"

Retour à la page Rote





Retour à la page d'accueil