Fabrication du corps

L'aventure commence par un tronc de cerisier que des gentils voisins ont bien voulu me céder. N'ayant pas de scie à ruban, une tronçonneuse "premier prix" a parfaitement fait l'affaire pour dégrossir la forme. Pour le reste gouges, marteau, wastringue... et huile de coude ont eu raison de ce gros bout de bois qui s'est évéré très dur au coeur.


Dans un tronc de cerisier
voir si l'intérieur est sain
Découpe grossière à la tronçonneuse
Le dégrossissage du profil est donné
Le cœur du gros bout de bois s'est avéré bien dur et bien homogène. J'ai utilisé ou plutôt même expérimenté différentes gouges ainsi qu'un outil constitué d'une lame courbe et coupante de tous côté. Ce dernier s'utilise plutôt comme un grattoir. On n'en tire que des petits copaux. Il est très coupant de tous les côtés, il faut se protéger.
La gouge etle marteau
Dégrossissage de la forme du manche
La forme extérieure étant grossièrement donnée
Début du creusage
Cet outil bien utile, mais ne peut tirerque des petits copaux
La hauteur de mon gros bout de bois ne permettait pas de former complètement l'ensemble. Mais j'ai utilisé un des gros blocs issus de la découpe initiale à la tronçonneuse. D'ailleurs cette solution était bien plus confortable à la fois pour la manipulation et pour la meilleure sécurité en ayant droit à l'erreur. Pour la tête, la tradition est de donner la forme d'un oiseau. J'ai cherché plutôt un oiseau pacifique.
Présentation de la forme de la tête.
Assemblage de la tête
la forme finale se précise

 

Retour à la page autre Guiterne




Retour à la page d'accueil