Ma guitare

Ma guitare
Ma décision était donc prise de construire cette guitare. Je cherchais la difficulté, mais en évaluant les limites.
Fabriquer une rose me semblait une idée folle, mais les moyens à mettre en oeuvre ne me semblaient pas insurmontables. : de la patience seulement.
Le plan de guitare étant trouvé, il s'agissait de me décider sur celui de la rose. Je me suis arrêté sur le dessin fourni par Paul Butler qui décrit la fabrication d'une rose selon un modèle de guitare italienne du XVIIe siècle
Lien au site Paul Buttler
Ce modèle ressemble point pour point à celui qui est proposé par Elena Dal Cortivo chercher le modèle : "Anonimo italiano (XVII sec.)"
Lien à la page "Elena Dal Cortivo"
Ce modèle utilise 3 couches par étage. Alors, pourquoi pas?
La rose terminée



Le plan général fut donc celui de Paul Butler, les détails d'exécution ceux d'Elena Dal Cortivo. Restait à trouver le parchemin, me faire conseiller pour le type de cuir et le type de colle à utiliser.
J'ai trouvé chez class-cuir la bonne source d'approvisionnement et de bons conseils. Mon correspondant m'a orienté vers du parchemin de chevreau. J'ai opté pour plusieurs épaisseurs, ne sachant pas où j'allais. Quant à la colle, je me suis fié à mon expérience passée dans la fabrication des soufflets d'un orgue de barbarie. La colle était une colle vinylique (colle blanche pour bois). Comme le cuir du parchemin est beaucoup plus fin, j'ai eu l'idée de diluer la colle avec un peu d'eau, cela permettait de l'étendre en fine couche. Il s'est avéré que cela a bien marché.

L'atelier de découpe du parchemin


Côté outils : un jeu de scalpels, un emporte pièces avec plusieurs embouts de faibles diamètres. Je me suis fait une sorte de poignée pour avoir plus de force, sans utiliser un marteau.
Et puis l'accessoire indispensable: une loupe binoculaire




Montage de la rose


Le collage des couches est fait à la colle vinylique diluée d'eau. Pour contrôler le non déplacement des couches pendant le collage, une plaque de plastique transparente a été utile. L'assemblage des parois verticales a été faite à la cyanolite, d'abord par points de positionnement puis sur le pourtour.
Petite astuce: Il faut commencer par la couche supérieure , à l'aide d'un gabarit du modèle, imprimé sur papier. Pour les autres couches un gabarit est inutile et gênant. Il vaut mieux poser la couche supérieure sur la feuille inférieure à découper. Il est beaucoup plus facile de se repérer, voire de corriger la couche supérieure pour bien donner l'effet "3D". Pour les motifs de la couche inférieure, il faut s'entraîner sur un bout de parchemin pour bien s'imprégner des mouvements et opérations à effectuer. J'ai toujours commencé par découper les petits cercles à l'emporte pièces, puis les autres formes aux scalpels.
En définitive, il faut la main sûre et un gros tas de patience, mais c'est beaucoup plus facile que cela ne parait. Et l'effet est super gratifiant.
Certains auront peut-être l'idée de réaliser ce genre de construction pour une tout autre application qu'une rose de guitare ancienne... La boite à idées et ouverte.

 

 

 

Retour à la page Guitare Baroque




Retour à la page d'accueil