//nouveau

La Chifonie

Enluminures des
Cantigas de Santa Maria

Ses origines

Il est assez facile d'imaginer l'origine préhistorique des cordophones en évoquant les chasseurs utilisant la corde de leur arc pour en émettre un son. Les représentations des instruments à cordes pincées sont très anciennes (voir la rubrique guitare baroque). En revanche, les représentations des instruments à corde frottées sont "relativement récentes".
Quant à l'invention de la roue pour frotter une corde, il semble qu'aucune source en indique ni la date ni l'origine. Les sculptures des églises romanes du XIIème siècle, toutes situées sur les chemins de pélerinage à Saint Jacques de Compostelle sont les premières illustrations.

Le premier instrument à roue qui ait été représenté est un "organistrum". Celui-ci était assez grand. Le clavier se composait de tirettes qui ne pouvaient pas être manipulées d'une seule main. Pour cela deux musiciens étaient nécessaires pour en jouer. L'organistrum comportait trois cordes accordées [quinte, octave], par exemple Sol-Do-Sol. Le clavier modulait les notes sur les trois cordes simultanément en maintenant le même écart entre elles. Ces mélodies "romanes" appelées diaphonies s'adaptaient assez justement aux chants grégoriens de l'époque. D'ailleurs cet instrument semble avoir été inventé, ou tout au moins adapté par les moines en vue d'accompagner les psalmodies dans les monastères. Les chants étaient accompagnés selon le même principe qui a été nommé "organum".
Le principe de l'organistrum de l'époque romane (XIIème siècle) avait le grand inconvénient de n'être jouable qu'à deux. Plus tard en période gothique, les dimensions de l'instrument ont diminué. On a pu observer une représentation de la première vielle à roue sur le portail Sainte Anne de Notre Dame de Paris.

La chifonie

On peut sans peine s'imaginer que la chifonie (appelée aussi symphonie ou symphony dans d'autres langues) soit une variante de fabrication de la vielle à roue gothique. Elle est largement représentée sur les enluminures des cantigas de Santa Maria, publiées au XIIIème siècle, donc en pleine période gothique.

Je ne terminerais pas ces courtes explications sans citer, pour toutes sources, les documents splendides avec de belles illustrations, édités par
APEMUTAM
Association pour l'étude de la musique et des techniques dans l'art médiéval
- APEMUTAM -
En particulier une magnifique présentation de l'organistrum issue des travaux de Christian Rault - Organistrum: reconstitution -
Histoire de la chifonie par Xavier AIMÉ

 

Retour à la page Chifonie




Retour à la page d'accueil